Nous sommes le Dimanche 5 Février 2023

Formation renouvellement carte professionnelle immobilier : toutes les infos !

Finance & Banque

La carte professionnelle est un document qui permet de prouver que l’on est bien inscrit au registre du commerce et des sociétés. Ce document est obligatoire pour exercer une activité commerciale, industrielle ou artisanale.

La carte professionnelle doit être renouvelée tous les 10 ans. Elle peut être délivrée par la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) ou par la CMA (Chambre des Métiers et de l’Artisanat).

La formation continue pour les professionnels de l’immobilier

Les professionnels de l’immobilier ont tout intérêt à suivre une formation continue. Cette dernière peut leur permettre de parfaire leurs compétences, mais également de faire face aux nouveaux défis qui se présentent à eux. Si vous êtes agent immobilier et que vous souhaitez trouver un stage pour perfectionner votre anglais, il y a plusieurs solutions qui s’offrent à vous.

Vous pouvez par exemple opter pour des formations en langues étrangères (langue espagnole, langue allemande, etc.), mais également dans divers secteurs (art culinaire, esthétique, etc.).

Vous pouvez également choisir une formation en management ou en gestion de projet. En effet, les agents immobiliers doivent savoir gérer des biens immobiliers et leur entretien.

Ils doivent savoir prospecter de nouveaux clients et organiser les visites avec ces derniers.

Ils doivent donc avoir certaines connaissances en matière commerciale et marketing.

La formation continue peut également être un passage obligé pour les professionnels de l’immobilier afin d’acquérir de nouvelles compétences techniques (droit civil). Par ailleurs, si vous souhaitez acquérir des compétences juridiques complémentaires ou bien apprendre la gestion locative ou la location saisonnière par exemple, la formation continue constitue une opportunité incontournable pour tout agent immobilier souhaitant améliorer ses connaissances juridiques.

La formation continue pour les professionnels de l'immobilier

Les nouvelles technologies en immobilier

Depuis quelques années, le monde de l’immobilier se retrouve confronté à une importante révolution.

Le marché immobilier a été bouleversé par les nouvelles technologies.

Internet et la digitalisation ont profondément modifié nos modes de vie et nos manières d’acheter.

La recherche immobilière est facilitée grâce aux sites dédiés comme L’immobilier 100% entre particuliers ou encore les portails immobiliers qui permettent à chacun d’avoir accès gratuitement à un grand nombre de biens immobiliers proposés par des particuliers, en France comme à l’international.

Les prix sont affichés en temps réel, ce qui permet au vendeur du bien immobilier de recevoir rapidement plusieurs offres d’achat pour son logement. De son côté, l’acheteur peut accéder facilement et rapidement aux informations concernant le bien immobilier et peut effectuer sa recherche sur internet sans avoir besoin d’intervenir auprès du professionnel pour obtenir des renseignements complémentaires : diagnostics techniques obligatoires, localisation générale du logement…

Pour tous les acheteurs, le site web donne la possibilité de consulter gratuitement plusieurs photos du bien immobilier afin que chaque personne puisse avoir une idée précise du logement qu’elle convoite.

La fiscalité immobilière

Avec le projet de loi de finances 2014, la fiscalité immobilière va connaître une nouvelle évolution. Depuis quelques mois, les différents acteurs du marché immobilier ont dû s’adapter à ce changement et faire face à ces nouveautés. En effet, depuis janvier 2013, les plus-values immobilières réalisées par les particuliers sont assujetties au barème progressif de l’impôt sur le revenu (IR), en fonction du montant des ventes.

Auparavant, elles étaient soumises au taux forfaitaire de 19% + 15,5% de prélèvements sociaux (PS). De plus, pour bénéficier d’une exonération totale d’imposition lorsqu’un logement est vendu en vue d’être transformé en local professionnel ou commercial (loi Pinel), un contribuable doit s’engager à conserver sa résidence principale pendant 6 ans minimum. Dans le cas contraire, il sera redevable des prélèvements sociaux.

Les investisseurs qui achètent un logement destiné à être loué non meublé peuvent bénéficier d’un dispositif fiscal appelée « déduction pour investissement » ou « déduction Borloo ». Ce dispositif permet aux propriétaires bailleurs non professionnels de déduire une partie du prix du logement acheté des revenus locatifs bruts imposables pendant 5 ans minimum et jusqu’à 30 ans maximum si elle est remboursée par un emprunt.

La gestion des risques en immobilier

L’investissement immobilier présente des risques, tels que le risque de marché et le risque lié à l’emprunteur.

Il est important de bien se renseigner avant de se lancer dans un investissement immobilier.

Le risque de marché dépend du prix du bien immobilier. Si vous achetez un logement qui s’avère être en dessous des prix du marché, votre investissement sera voué à l’échec.

Le risque lié à l’emprunteur peut également être une source d’inquiétude pour les investisseurs immobiliers. En effet, si le locataire ne paie pas son loyer et que vous n’avez pas pu obtenir un financement auprès d’un organisme financier, votre patrimoine peut en pâtir si vous n’arrivez plus à rembourser votre emprunt ou le crédit-bail.

La gestion des risques en immobilier

L’immobilier social

L’investissement locatif est une solution intéressante qui permet d’obtenir un avantage fiscal, tout en se constituant un patrimoine.

L’investissement locatif consiste à acheter un bien immobilier pour le proposer à la location et percevoir des revenus complémentaires. Cette solution présente plusieurs avantages :

  • Elle permet de financer l’achat d’un bien immobilier, grâce aux loyers perçus ;
  • Elle offre la possibilité de se constituer un patrimoine durable et tangible, car il s’agit d’un bien physique ;
  • Elle peut être associée à une stratégie de diversification du portefeuille.

En revanche, les risques sont élevés : il faut être conscient que la rentabilité sera souvent inférieure aux autres investissements immobiliers (bureaux par exemple) et que cela nécessite beaucoup de temps.

Le principal inconvénient réside dans le fait qu’il soit parfois très difficile de trouver des locataires.

Il existe des solutions pour pallier ce problème, telles que la demande d’une caution ou la mise en place d’une garantie financière auprès de l’administration fiscale.

La place de l’immobilier dans l’économie

L’immobilier est un secteur économique important en France.

Les chiffres sont là pour le rappeler : la construction a représenté près de 40% des investissements du pays en 2014, plus de 50% des emplois dans le secteur du bâtiment et 60% des ventes de logements anciens.

L’immobilier est une valeur sûre qui fait partie intégrante de l’économie française.

Il contribue à la croissance du PIB et constitue l’un des principaux moteurs de la demande domestique et extérieure. En effet, les Français ont toujours recours à ce type d’actif pour se loger ou se développer professionnellement.

Ce marché dynamique permet aux grandes métropoles françaises d’être attractives, notamment grâce à son fort pouvoir d’achat et sa population jeune, attirée par les nombreux avantages offerts par les grandes villes (emploi, infrastructures modernes).

La carte professionnelle est un document obligatoire pour tout professionnel de l’immobilier qui exerce une activité réglementée. Elle permet d’identifier les personnes ayant le droit d’exercer une activité immobilière et elle atteste de la capacité du titulaire à exercer son activité. Pour une durée de 3 ans, elle est renouvelable par période de même durée.